Création de site internet : 7 étapes incontournables

plan-etapes-creation-site-internet

La création de site internet répond à un besoin de visibilité sur le Web. La création de site web nécessite de respecter un certain nombre d’étapes pour atteindre ses objectifs. Que vous réalisiez vous-même votre site ou que vous en confiez la conception à une agence ou un webmasteur freelance, avoir une vision globale des étapes de la création de site internet vous aidera à faire les bons choix pour atteindre votre cible.

Contenu éditorial et audience : les deux points clés de votre site internet

Comprendre les attentes de votre audience web pour une conception de site intelligente

Identifier vos internautes de manière précoce vous aidera à comprendre leurs attentes et leurs requêtes sur les moteurs de recherche, et de là, définir une présentation adaptée pour capter l’attention de vos visiteurs. Vous pourrez ainsi répondre en page d’accueil à la fameuse question « Qui, pour qui, quoi ? », détailler votre activité de façon structurée à travers les champs sémantiques ciblés, diffuser un contenu optimisé pour votre cible et les moteurs tels que Google, Bing ou Yahoo.
Pour comprendre vos internautes, vous pouvez, de façon autonome, créer des modèles types de vos clients et prospects, étudier les sites web concurrents du votre, ou sonder votre entourage en lui demandant de chercher sur les moteurs des prestataires qui vous correspondent.
En couplant vos informations avec les détails de votre offre, vous devez, dès la home-page, proposer un contenu attractif et servant d’aiguillage vers les pages dites « internes » de votre site

Structuration du contenu éditorial et architecture du site web

Il n’est pas rare de trouver des sites professionnels présentant en quelques mots génériques l’activité de l’entreprise. Vous devez au contraire isoler chaque composante de votre offre et de votre savoir-faire afin d’en exposer les détails de façon claire sur des pages web différenciées.
La structure éditoriale construite vous permettra de créer un corpus affirmant votre positionnement et votre expertise sur votre secteur d’activité.
Étant la première source d’information vous concernant, vous devriez pouvoir créer un nombre conséquent de pages reliées entre elles par des liens, permettant à vos lecteurs de parcourir vos compétences de façon approfondie.

Choix stratégique de la plateforme web

Le choix de votre plateforme web ou de votre CMS est une étape importante de la création de votre site web. Il est conditionné par votre aisance à manipuler et à créer des pages web, mais surtout par vos objectifs et modalités de communication.
Si souhaitez administrer vous-même votre site internet (ou le faire en interne) et que vous n’avez pas de compétence en développement web, vous aurez sans doute besoin d’une interface d’administration intuitive, dite user friendly, mais si vos optez pour une prestation d’administration externalisée, vous pouvez vous orienter vers une solution plus technique et privilégier certains aspects comme les performances ou l’évolutivité de votre site.

De même, si vous êtes un commerce local souhaitant vendre quelques produits d’appel sur votre site, ou tester une activité e-commerce sur une année ou deux, vous aurez besoin d’une solution légère et peu onéreuse telle que WooCommerce, plutôt qu’un système plus lourd et coûteux comme Prestashop ou Magento. On note l’existence de Thelia, la solution e-commerce sous Symfony, qui prend de plus en plus d’ampleur.

Les CMS permettant la création de site internet et la gestion simplifiée de contenu sont légion. Choisir son CMS peut être difficile. Les plus connus et utilisés sont WordPress, Joomla et Drupal. Le premier se détache sensiblement de ses concurrents depuis deux ou trois ans. Il est intuitif, nessécite une courbe d’apprentissage très raisonnable, et bénéficie d’une communauté d’utilisateurs et développeur très étendue.

Joomla est à lui, davantage tourné vers le marché amateur. Très facile d’accès, il offre moins de souplesse et d’apports de développements, mais se révèle assez simple d’utilisation.
Enfin Drupal, bien que distancé, est un CMS assez poussé, largement utilisé dans la presse (Mediapart l’utilise) mais nécessitant un apprentissage plus long et fastidieux.

Vous devez donc identifier vos besoins en terme de fonctionnalité, d’évolutivité, et d’acquisition de compétences, ainsi que les ressources humaines et financières que vous souhaitiez mobiliser pour la gestion de votre site web, pour vous aider à choisir le système web le plus adapté (n’hésitez pas à demander conseil à votre webmsater favori !).

Définition et souscription de votre nom de domaine

Nom de domaine : Le lien internet le plus important de votre site web

Votre nom de domaine est un élément clé de votre communication web. Alors que son poids tend à être minimisé dans l’algorithme du Google, il fait l’objet d’une stratégie de communication devant être envisagée avant toute création de site internet.
À titre d’exemple, un nom de domaine, sans point ni tiret, sera plus mnémotechnique et donc plus facilement diffusable auprès de vos internautes cibles sur des campagnes de communication traditionnelles (carte de visite, flyers, presse, radio). Mais l’introduction de tirets rendra sémantiquement plus pertinent votre nom de domaine pour les moteurs de recherche. Si vous possédez une marque, il sera un élément privilégié pour l’exposer en intégrant votre site web dans une stratégie globale de communication. Dans ce cas votre nom ou marque devrait en faire partie.

Si vous choisissez un nom de domaine exotique, vous devez donc le faire en connaissance de cause (par exemple pou créer un buzz depuis les réseaux sociaux).
Généralement, vous obtenez votre nom de domaine au moment de votre abonnement à votre hébergeur web. Ce dernier fait le lien avec une entité appelée Registrar (bureau d’enregistrement) chargé de pourvoir le registre correspondant à l’extension (.fr, .com, .info, etc.) avec le domaine déposé à votre nom.

Le registrar gérant les .fr est l’AFNIC.

Nom de domaine et hébergement : à vous de choisir

Votre hébergeur vous attribue un espace disque abritant votre application web accessible depuis ce nom de domaine. Lors de la souscription à l’hébergeur, vous pourrez de tester et choisir ce nom de domaine. Un choix plus ou moins important d’extensions disponibles vous est proposé. Attention, des extensions exotiques comme « .paris » ou autres curiosités pourront vous tenter, sachez qu’elles ne vous amèneront aucun gain.
Sachez enfin que vous n’êtes pas liés pour la vie à votre hébergeur, depuis la création de votre site internet et tout au long de son cycle de vie, vous pouvez très bien transférer votre nom de domaine d’un prestataire à l’autre.
Choix de l’hébergeur : prix et performance

Beaucoup d’offres d’hébergement existent. La majeure partie des sites internet, de petite à moyenne envergure, sont installés sous serveurs mutualisés. Les ressources serveur (processeur et mémoire) sont partagées entre les différents sites localisés sur le disque. Le prix de cette solution est en général très abordable, mais une attention particulière doit être portée sur les options de configuration serveur et préprocessoring. Par exemple vous pouvez vite vous retrouver avec un hébergeur n’autorisant pas la compression Apache, et à l’arrivée, avec un site lourd et pénalisé par les moteurs de recherche.

Les offres de serveurs dits « dédiés » sont elles généralement plus puissantes et vous donnent accès à un support plus étendu, mais le coût du service s’en ressent.
Vous devez donc trouver le juste équilibre entre le coût de votre hébergement et les performances que vous souhaitez donner à votre site. En fonction de votre stratégie de communication, il peut être intéressant de dépenser un peu plus et vous garantir une continuité de service et de support.

Design web et identité visuelle : présentez une image professionnelle à vos visiteurs

En fonction de la solution web choisie pour la création de votre site internet, plusieurs options de design s’offriront à vous. Les CMS tels que Joomla Drupal ou WordPress proposent généralenement un système de thèmes, pré-designés permettant assez rapidement, la mise en ligne d’un site propre intégrant vos acquis documentaires (tels que vos logos et photographies), alors que les framework comme Symfony ou les développements natifs requièrent une intégration plus technique, hors de portée d’un amateur éclairé.
Le problème soulevé par l’utilisation de thèmes existants est ici évident. Alors qu’ils permettent de bénéficier de design finis pour un prix raisonnable, ils nécessitent généralement une dose plus ou moins poussée de développement ou personnalisation pour répondre aux contraintes SEO propres à chaque site, mais surtout, une personnalisation graphique, souvent nécessaire sous peine de ressembler au site concurrent ayant aussi acheté ce même thème.

Votre webmaster doit être à même de vous proposer un thème robuste, qu’il maîtrise (comme n’importe quel outil web) et un design web personnalisé, basé ou non sur le thème.

Mais l’intérêt du design web est la mise en adéquation de l’identité de votre marque avec les codes visuels de votre secteur d’activité et de votre cœur de cible. Le choix d’une police de caractère peut, par exemple, être déterminant dans la confiance que vos lecteurs accorderont à votre contenu (vous ne verriez pas le Times adopter une police de type BD ou « comics », et une ambiance couleur rouge trop prononcée risquerait d’être tendancieuse pour un bar lounge de bonne tenu … à méditer).
La phase de design web est donc une des étapes primordiales de la création de site internet pour la définition d’un bon positionnement visuel, et devrait à minima (c’est mon avis) impliquer un webmaster, sinon une collaboration webmaster – graphiste (pour les cas les plus artistiques), pour la création des maquettes Photoshop (appelées Templates) et l’intégration des éléments visuels dans vos pages web.

SEO : optimisation obligatoire de la plateforme et des contenus éditoriaux

Bon, vous avez jusqu’ici rédigé vos pages et sûrement fait personnaliser votre design. Vous vous dites que la mise en ligne est proche, mais c’est ici qu’intervient une réflexion supplémentaire sur la façon dont vos internautes vont vous trouver.
Un grand nombre d’accès à votre site se fera via les moteurs de recherche. Ils sont a priori des internautes comme les autres, en moins intelligents. Ils comprennent moins bien la sémantique se dégageant des images et sont à l’inverse de « véritables obsédés textuels ». En clair, ils on besoin de contenu textuel, et de trouver certains éléments à certains endroits pour deviner de quoi parle votre site, vous cataloguer (on parle ici d’indexation), et afficher un lien vers votre site lors de la soumission d’une requête par l’internaute (moment de la recherche Google).

Les interventions visant à donner de la visibilité à vos pages sont plus simples à mettre en œuvre et plus efficaces si elles sont initiées dès la création du site web, mais aussi souvent appelées lors d’une refonte de site web. Elles portent autant sur le code et les modèles de rendu des documents HTML que sur les contenus éditoriaux eux-mêmes ou le maillage des pages entre elles, et sont souvent regroupées sous l’appellation d' »optimisation pour le référencement » ou SEO (optimisation pour les moteurs de recherche).
Cette une étape incontournable de la création de site internet qui vous permettra tout simplement d’être trouvé sur la Toile. Ne la négligez pas.

Déploiement, paramètres serveur, sécurité et performance.

Une méthode de travail pour votre site en construction

Deux grandes directions de travail se dégagent pour la création de site internet, et plus spécifiquement pour la construction des pages web. Une première méthode consiste à préparer le site « en local », sur un petit serveur installé facilement sur un ordinateur individuel (généralement Apache). Cela permet de préparer son architecture, ses pages et leurs contenus en toute sérénité, de faire des erreurs et de les résoudre avant la mise en ligne.
La seconde méthode consiste à installer le site directement sur le serveur distant (l’espace disque chez l’hébergeur) et de travailler ou sur une version du site, interdite au public, ou des pages non publiées présentant un système d’aperçu (comme on le trouve sous WordPress).
Chacune de ces méthodes apporte son lot d’avantages et d’inconvénients.

Travailler en local vous impose d’installer le serveur Apache sur votre ordinateur (tâche peu compliquée quand même), un peu d’apprentissages à la manipulation des bases de données, et une mise à jour de cette de celle-ci lors de la migration du site vers le serveur de l’hébergeur.
Le travail sur serveur protégé par mot de passe vous impose, et cela va de soi, d’être sûr que votre hébergeur vous le permet, mais aussi d’apprendre à paramétrer cette fonctionnalité.
Le travail sur des pages brouillons, s’il s’avère relativement confortable pour la construction et la production de vos pages web, reste handicapant quant à l’optimisation technique et graphique de la plateforme.
Il n’existe donc pas de solution miracle pour l’installation, la gestion serveur ou le déploiement sur serveur distant, et dans tous les cas, un peu d’huile de coude et de littératie s’imposent.

Configuration serveur : pour un site sécurisé et performant

Voilà, vous y êtes ! Vous êtes passé avec succès par toutes les étapes de création de site internet, mais voilà qu’il faut prendre en compte quelques nouveaux facteurs.
Nombre de CMS ou framworks gérèrent des URL propres, sémantiquement optimisées pour les moteurs de recherche, mais si ce n’est page le cas, il vous faudra établir des réécritures d’URL en passant généralement par le fichier de configuration serveur au niveau local, j’ai nommé le fichier « .htaccess ».

La réécriture d’URL nécessite un peu de lecture d’entraînement (attention, le nom de ce fichier commençant par un point, certains systèmes d’exploitation comme Mac OS X ou Linux peuvent ne pas le laisser apparaître au premier abord, il faudra alors paramétrer l’affichage de l’explorateur de fichier pour y avoir accès, ou passer par un éditeur comme Sublime Text ou Coda).
Sachez qu’on long de la vie de votre site web, vous serez amené à modifier ou écraser des pages, ainsi que leurs URL, là encore un travail de rewriting d’URL sera nécessaire sous peine de voir grossir le nombre de pages introuvables par Google ainsi que les liens « morts » pointant vers ces dernières, et votre site tomber petit à petit aux oubliettes …

Question sécurité, il vous faudra protéger votre site internet de fréquentes tentatives d’accès aux fichiers sensibles et votre base de données. Cet aspect est souvent minimisé. Sachez qu’il m’est arrivé de subir plus de trois cents attaques par jour sur certains sites. Le remède consiste là aussi à interdire ces accès à l’aide de directives de configuration serveur.
Enfin, certains aspects de la performance du site touchent aussi à la configuration serveur. Vous aurez beau produire du contenu régulièrement pour votre site, certaines pages mises à jour moins fréquemment ne nécessiteront pas la mobilisation systématique des ressources serveur pour être affichées. Il est donc fortement recommandé de le mettre en cache en passant par Apache.
La manipulation des directives Apache peut être une tâche délicate pour les utilisateurs les moins avancés. Il est vivement recommandé d’avoir recours à des modules externes ou plug-ins pour gérer cet aspect, ou bien d’avoir recours à un professionnel.

De la création de site internet à la maintenance web: une histoire sur le long terme

La création de votre site web n’est pas une fin en soi. Votre site est un outil de communication qui doit s’inscrire dans le temps, et donc rester performant et durablement optimisé pour rester visible. Vous devez accorder du temps à sa maintenance. Il vous faudra certainement corriger quelques détails de style, effectuer les mises à jour (ne serait-ce que pour conserver une plateforme sécurisée), détecter les éventuels « liens cassés » (et y remédier), ré-optimiser les -pages web modifiées ou nouvellement créées, limiter le poids de vos fichiers images, revoir la pagination de votre blog, etc.

Toutes ces tâches font partie de la maintenance web et sont principalement tournées vers l’aspect technique de votre site : sa survie. Mais votre implication ne devrait pas s’arrêter là et il vous faudra respecter l’adage : « un site visible est un site vivant » !

La création de site internet : un véritable investissement

Nous allons illustrer notre conclusion avec une contrainte Google supplémentaire ! Votre site internet doit être régulièrement agrémenté de nouveaux contenus pour que le moteur de recherche s’intéresse à lui. Sachez que la fréquence de passage du robot (spider) de Google est proportionnelle à celle des mises à jour éditoriales du site. Plus vous écrivez, plus il passe, plus il indexe, plus vous avez de chance de ressortir dans ses pages de résultats !
Enfin, la production régulière de contenus qualitatifs portant sur votre activité vous permettra d’asseoir votre autorité en la matière, et de créer une relation sur le long terme, avec des internautes qui, pour partie, deviendront un jour vos clients.
La création de site internet est donc une démarche dynamique, nécessitant un véritable investissement de votre part à étape, et c’est bien votre implication qui vous permettra d’en faire un outil de communication efficace.

Laisser un commentaire